En passant

Dépression… Où est l’issue de secours !

Ah mais oui, je vie encore pour ceux qui (faisons comme si) se demanderaient.

Je ne suis pas capable de faire un roman et ce ne sera pas utile pour le moment. Mais voilà, pour faire cours, j’ai eu une méga grosse dépression et je pense que je suis entrain d’en sortir. Je dis « je pense » car ces choses là ne sont pas une science exacte surtout quand on ne peux pas prendre de médicaments pour ca (je ne les tolère pas) et que ma maladie (maladie de Crohn) me fait prendre des traitements assez fort comme ca.

Cela fait plus de 20 ans que je suis malade, et ma maladie a été résistante à tous les traitements de fond (car elle est incurable). J’ai passé plus de 7 ans sous parentérale exclusive (sans pouvoir manger, ni boire. Uniquement des perfusions !!) et cela m’a bien détraqué. Sans parler des 17 septicémies et réanimations car bactéries multi-résistantes, etc…

J’ai perdu quasiment tous les amis que j’avais, faute de ne pas pouvoir suivre une vie sociale, et de ne parler que de ce que je connais du monde : ma maladie. Au début, tous ont fait de leur mieux, puis il y eu de l’agacement, et de l’oublie car ils ne savaient plus quoi dire, quoi faire et je ne proposais rien et ne venais pas. Mais on m’a retiré le choix de dire non ou d’essayer.

Toujours faire semblantFace a cette enfermement réel et moral, j’ai trouvé y a 4 ans un jeu en ligne. J’avais quelques amies qui gardaient des liens distants qui m’avaient pousser a venir voir. J’avais des gros apriori sur les MMORPG et puis j’ai joué, j’ai fini par parler avec du monde, et l’intégré a un groupe, et avec certains on se parlait tous les jours, quasiment du matin au soir (ou toutes la nuit). On parlait du jeu mais avec les liens et le temps, de nos vie, de chose privé, intime, ou même avec certains on s’est vu au gré des possibilités.

Bref, j’ai découvert un autre monde que ce que je savais de l’Internet.

Et c’est là, je pense qu’a débuté mon erreur, j’ai cru bêtement que c’était comme dans la vraie vie car je ne connais pas d’autre vie, et donc les attentions etc étaient pour moi de l’amitié.

Et puis, il y a eu des soucis dans une guilde francophone ou j’avais trouvé ma place, et beaucoup de critique des fois totalement gratuite et personnelle. J’ai fini par en partir mais car je voyais des choses que certains faisaient et qui était faite pour détruire ce que d’autres avaient fait ou mettaient a cœur a faire fonctionner.

Je me suis donc recentrer sur les « ami(e)s » de la guilde du groupe que j’avais depuis 4 ans. Je suis même tombé fou amoureux de quelqu’un mais c’était quelque chose pour moi de nouveau et plus proche de l’idéal sans chercher plus, d’autant que l’écart d’age était grand et que le sentiment forcément n’était pas partagé car la personne ne vie pas LA vie comme moi je la vie et donc pour elle, ce n’est qu’un jeu je pense.

Mais il y avait les autres, et je fus choqué de voir que avec le temps chacun faisaient sa « vie » sur le jeu mais ne parlait plus, plus comme avant, il y avait eu une cassure ou du moins, je me suis rendu compte que ce que je pensais être de l’amitié était plus de l’utilisation consommable d’un joueur par un autre pour une activité qu’il veux faire et non l’envie de jouer ensemble même si on a pas d’intérêt a faire l’activité.

Il n’y avait plus de dialogue, et comme je suis, j’ai tenté de meubler, de raconter ma vie et bien sur j’ai voulu raconter ce que je vie, donc mes points de vue face a mes soucis ou réagir a l’actualité ou que sais,je, je cherchais tous ce qui aurait pu relancer la discussion mais c’était comme parler dans une caverne ou de temps en temps il y avait de l’écho mais rarement un sons qui venait de lui même.

Donc y a un peu plus d’un mois, j’ai craqué, je tentais de faire semblant que ca allait mais je souffrais horriblement de ce silence, de ceux qui me parlait tant et qui d’un coup me parlait plus. Qui me faisait sentir que j’avais été un passe temps, ou que j’étais devenu gênant comme un chewing-gum qui resterai collé.

Peut être est ce la dépression qui a fait que j’ai ressenti cela ? Peut être au contraire qu’elle est venu de là ? Où alors, j’avais ouvert les yeux sur le fait que chacun se moquait profondément des autres mais gardait le coté faussement intéressé, ce coté théâtrale du social parait il (encore une fois ca me semble étrange, je connais pas ce genre de chose et j’ai l’impression d’être un jeune enfant qui n’arrive pas a comprendre le monde des adultes).

Alors voilà, je craque, je dis tous haut ce que je pense, je dis des reproches, et mes attentes et mes blessures espérant qu’il y ai un minimum de mots en face pour me rassurer, même si cela pouvait être en parti vrai. Ou que l’amitié soit assez forte pour que quelqu’un me dise qu’il pense que j’ai tord mais ne me juge pas a mal.

Bien sur j’ai eu des mots dur, et sans doute mal placé, bien sur j’ai peut être surréagi a des mots mais je m’attendais a ce qu’il y ai au mieux du « prend du temps, je pense que tu es pas bien » mais non, on m’a jugé mot pour mot, la moindre chose dites fut jugé, et on m’en a tenu rigueur.

Moi aussi j’aurai mal réagi si on m’accusait d’avoir été faux mais pour des amis j’aurai tenté au moins un pas vers eux pour tenter de calmer les choses… hors il n’y a rien eu.
Une des personnes a disparu, j’ai envoyé quelques SMS puis j’ai arrêté car je pense qu’elle ne veux plus garder contacte. Je veux pas insister, j’ai l’impression de la harceler et je me sens encore plus mal car je sais plus ce que je peux faire.

Je me suis écroulé, j’ai eu envie d’en finir, ma santé me pèse en plus trop. Et donc, je n’ai rien su faire de plus que tout quitter, fuir car j’avais mal et j’avais peur qu’un mot de plus me fasse basculer dans un passage a l’acte.

J’aurai espéré un pas vers moi, un mot, même pour me dire que l’on devrai pas chercher a garder contacte mais je saches que j’existe, là, j’ai l’impression que même après 4 ans intense, mon départ est aussi important que la fin d’un publicité.

J’ai entendu plusieurs fois : « ce n’est qu’un jeu ». Mais comment peuvent ils juger de cela aussi promptement ? Pour eux c’est anecdotique, mais j’ai connu que ca, j’ai que ca moi, c’est ce qui m’a permis de tenir, pour moi les personnes en qui j’avais de l’affection n’était pas qu’un jeu.

J’ai repris le « travail » que je faisais sur une outil destiné au jeu, cela me prend beaucoup de temps et m’occupe a défaut de pouvoir sortir car j’ai plus d’amis sur Lyon. J’ai aussi beaucoup de soucis pour sortir, c’est pas de la peur mais pour faire quoi ? Et quand je veux juste sortir c’est ma stomie qui m’en empêche ou les douleurs. Oui car je suis stomisé, donc ça aussi pour l’image que j’ai de moi, ca a pesé, j’ai eu l’impression d’être devenu sale pour les autres. Comme si mon corps était devenu comme plus que la stomie au yeux des gens c’est a dire un sac de merde ! C’est cru de le dire ainsi mais j’ai eu cette impression, vous savez j’ai pas pris quelqu’un dans mes bras ou juste toucher quelqu’un (autres que médicale: piqures, examens, depuis tellement longtemps).

Je ne sais plus qui je suis et ce que je suis pour les autres. Je tente toujours d’être correcte, gentil etc mais je craque souvent et c’est jamais a mal, quand on me connait on le sait pourtant que j’ai besoin de parler, de tout dire en mot, même si je les choisi très mal.

Enfin voilà, a lire cela on peux se dire que je suis encore en pleine dépression mais quand on a vécu comme moi autant de galère et douleurs, on se remet car on a vu la mort de gens, on l’a cru pour soi, on a subit tellement de douleurs et dépersonnalisation en hôpital qu’on ne peux que tenir.

Toutefois j’ai peur de ne plus savoir ou oser me lier a des autres personnes, j’ai peur de me replier et de craindre tel un chien battu la main qui viendrai vers moi.

Je ne sais pas si j’ai écris cela pour moi, ou dans l’espoir un peu égoïste que ce soit lu, et auprès des autres si ils lisaient d’être si anormal, si mal, et un être raté.

Je finirai sur le fait que j’ai surmonté tellement, je lâcherai pas, du moins je fais tout pour mais là, j’ai du mal je l’admet, j’espère que rien de plus ne viendra par dessus, j’ai peur de ca… et j’ai si mal d’avoir perdu certaines personnes (par ma fautes peut être).

Publicités

Une petite réaction pour la route ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s