Ajin : Semi-humain

sans-titreJe viens de débuter la série animé « Ajin : Semi-humain » sur Netflix et je voulais voir si les exclusivités Netflix en matière d’animés tenaient la route et le niveau.

Edition: Quelle déception, la saison 2 me fait mentir sur tous ce que j’ai dis, tous ce qui est écrit ici est détruit par la saison 2 catastrophique !

Je peux de suite vous dire que je ne suis pas déçu de la qualité de l’animé. Je déteste quand un animé prend des longueurs pour masquer un manque d’action ou de fond de scénario et là, c’est pas du tout lent, ni même ne se traine en longue et interminable phase d’explications qu’on met 5 secondes a comprendre. Le personnage ne passe pas non plus 15 épisodes a faire l’étonné de ce qu’il découvre. Non là, les réactions sont bien temporisés, dans la trame, il n’est pas plus long que la normal ni même trop raccourci comme quand un « héro » se découvre des pouvoirs et en 5 minutes a tout compris et maitrise déjà ça comme si ça faisait 50 ans qu’il avait cela.

Je pensais ne voir qu’un épisode et j’en suis déjà au 4ème sans avoir vu le temps passé, ni même avoir ressenti de l’ennui ou de la certitude quand au scénario, malgré tous ce qu’on nous montre, celui ci aime nous entrainer vers des fausses pistes et jouer avec nos habitudes quand au style d’animé ou c’est bien trop souvent toujours la même chose.

Lire la suite

Publicités

Fansub « Panty & Stocking with Garterbelt »

MAJ 03/03/2011 : Ajout de l’épisode 9 (voir dans la suite du post)


Je suis entrain de finir de traduire les épisodes que la Team précédente n’a pas traduite. Ils ont fait un très bon boulot jusqu’à l’épisode 7. Et pour 6 autres je me charge de les traduire aussi bien que je le peux. Et vu que mon anglais est pas des meilleurs, je tâche surtout en cas de doute de demander a des traducteurs confirmés ou au moins respecter l’attitude du personnage et le contexte afin que la traduction ne soit pas totalement incohérente.

De toutes façons je me rends compte que le traducteur anglais sur lequel je m’appuie pour traduire en français a lui même prit des libertés sur les insultes et les expressions qui ne se traduisent pas mot a mot pareil en français. Je tente donc de rétablir le sens des expressions en y mettant l’humour qui devait a la base se trouver dans des phrases à double sens etc…

Mais c’est du boulot !

Pour que ce soit plus facile a trouve,r je vais poster mon travail ici après chaque épisodes traduit. Et en attendant, je vous fourni tous les sous titre de l’ancienne team et les miennes déjà faites ici. Ce sont des fichiers ASS ou SRT qui peuvent être incluses dans un MKV ou juste afficher par VLC ou Media Player Classic ou autres directement dans la vidéos sur le fichier se nomme comme le fichier video et se trouve dans le même dossier. Sinon on peux le faire s’afficher manuellement (mais google vous en dira plus, c’est assez simple).

Je le redis ici, mais je ne fourni que des fichiers de sous titre et non les vidéos. Car même si l’animé n’est pas licencé maintenant, quand il le sera j’aurai peut être pas l’info ou je ne penserai plus a supprimer les liens donc je préfère ne pas en mettre comme ca je règle le problème.

Lire la suite

Kaichō wa maid sama!

J’ai récemment commencé a regarder Kaichou wa maid sama! et je trouve cela assez drôle. Avec pour une fois une héroïne qui n’est pas toute amoureuse du premier garçon qui lui passe devant les yeux, non elle les déteste même. Et au fait, oui c’est bien un truc dit de filles. J’ai pas de honte a dire que j’adore les shōjo quand ils sont bien et drôle.

Titre : Kaichō wa Maid-sama! (会長はメイド様!, La présidente est une maid)
Genre : Shōjo
Thème : Comédie, Romance
Genre : Shōjo
Réalisateur : Hiroaki Sakurai
Studio d’animation : J.C.Staff
Durée : 24 minutes
Épisodes : 26
Ma note :  Pas de note car je n’ai vu que 3 épisodes.

Synopsis

Le lycée Seika, récemment devenu mixte, compte seulement 20% de filles. Il est tristement célèbre pour la sauvagerie de ses élèves de sexe masculin et la peur que ces derniers inspirent aux filles. Ayuzawa Misaki, la présidente des élèves du lycée Seika, est très stricte, crainte de tous les garçons et admirée par les filles. Derrière ce dur visage, elle cache des problèmes familiaux (son père a fui le foyer) qui la contraignent, parallèlement à ses études, à contribuer financièrement aux besoins de la famille en travaillant secrètement dans un café nommé le Maid Latte où elle doit porter un uniforme de soubrette et dire « Maître » (goshujin sama) aux clients de sexe masculin… chose qui entre bien sûr en contradiction avec ses idéaux égalitaires. Tout s’accélère quand Usui Takumi, lycéen le plus populaire du lycée et notoirement indifférent aux déclarations d’amour incessantes qu’il reçoit, découvre le secret de Misaki en la croisant habillée en servante.

Mon avis

Un bon shojo, qui me donne autant de plaisir à regarder que ne m’en a donner (pour ce que j’ai vu) un Kimi ni Todoke voir plus un Lovely Complex (par son humour). J’ai été séduit par les graphismes qui est une chose qui compte pour moi mais heureusement l’histoire est là, et ce n’est pas que rempli de petit oiseaux qui font cui cui et de licorne chevauché par des bisounours. Pas que je n’aimerai pas mais faudrait que l’histoire soit vraiment parfaite mais avec de l’humour c’est tellement mieux. Le fait que Misaki doit composer entre son coté dur au yeux des lycéens et de l’image que doit avoir une présidente du conseil et celle que lui impose son emploi crée pas mal de situation burlesque qui font que l’on s’attache assez vite a cette fille qui au fond d’elle est quelqu’un de tendre mais qui ne s’autorise pas le droit à la faiblesse (elle pense ainsi du moins). Au fil des épisodes, on la verra apprendre que dans la vie, être constamment dur envers soi même ou les autres n’est pas toujours la meilleur des choses et que tous le monde a le droit d’avoir besoin un jour d’aide.

En gros un anime que je recommande chaudement à tous ceux qui aiment les shojos hauts en couleurs, où l’on passe du rire au larmes et où on ne s’ennuie vraiment pas.

Des captures d’écran dans la suite…

Lire la suite

Shangri-La

Je viens de me faire une soirée Shangri-La et ca n’a rien a voir avec la boisson au nom approchant. Je suis parfaitement sobre et c’est bien le problème. J’ai beau avoir fait l’intégrale d’une traite, je suis complètement stoïque. Même pas une émotion, ou reste. Décevant, j’en dis plus dans mon avis plus bas.

Titre : Shangri-La (シャングリ·ラ / Shanguri Ra)
Genre : Shōnen
Thème : Ecologie, Mystique, Fantastique.
Ma note :  4/10 (pour les graphismes)

Synopsis

Au beau milieu du 21ème siècle, Tokyo est devenue une ville tropicale encerclée de forêts. Tout cela dans le but de refroidir la température de 5°C. La pollution évaluée en niveau de carbone est strictement punie et de nombreux pays obéissent à une grande organisation qui contrôle l’ordre : Atlas.

Cependant de nombreux groupes résistent à Atlas, comme Metal Age. Kuniko Hojo, notre protagoniste qui est une jeune fille dotée d’une force surhumaine, défend sa cité Duomo de quiconque oserait s’en approcher, à l’aide de son boomerang fétiche. Kuniko doit succéder à sa grand-mère Nagiko en tant que leader du Metal Age, ce qu’elle ne veut pas.

Shangri-La est donc un de ces animes vous offrant une autre version du futur de la Terre où les nations se mettent d’accord pour sauver l’environnement. Un anime assez original, signé Gonzo.

Lire la suite